La langue une arme à double tranchant

Un bon serviteur, mais mauvais maître.

Depuis le monde est monde, il a toujours été plus facile de parler que de raisonner. Il n'est pas nécessaire de faire un schéma pour illustrer la cause.


Pour parler, il suffit simplement d'avoir une langue dans sa bouche. Cependant, raisonner exige tout un processus de phrases logiques concoctés de discernements et de bon sens. Un véritable exercice intellectuel.


Voilà pourquoi les anciens philosophes disaient avec persuasion qu'il faut rouler sa langue 7 fois dans sa bouche avant de parler. Car, bien souvent, les mots trahissent la pensée humaine.


Prenons par exemple : quelqu'un qui parle d’affaires en Haïti, et qui le dit avec véhémence : "Je n'investirai jamais mon argent en Haïti parce que tous les haïtiens sont des voleurs, tandis que lui-même est aussi haïtien . A priori lui aussi est un voleur si on doit se référer à la définition du syllogisme.


Un autre dit : "On ne peut pas faire confiance à personne en Haïti". N'ayant pas exclu aucun membre de sa famille, à travers son affirmation, il sous-entend que même dans sa propre famille, qu’il n'y a personne à qui on peut faire confiance. Donc, forcément lui même également vient d'une famille de voleur. En un mot, c'est un voleur qui parle.


Un troisième dit : " Les Haïtiens se sont pas solidaires". Encore une fois, une affirmation générale . Personne n’est exemptée . Ce qui affirme qu'il n'est pas non plus solidaire. Donc, mettiez-vous des Personnes qui tiennent des discours de ce genre. Que ce soit nos compatriotes ou autres.

Ce ne sont pas des personnes sur qui, que vous pouvez compter si votre femme perd les eaux la nuit ou si vous tombez en panne sur une autoroute à 02h00 du matin.


Voyons donc les choses sur le plan politique. Quelqu'un qui dit avec clarté : "Il n'y a pas de politiciens en Haïti. Ils sont tous des voleurs, des corrompus, des malfrats, des bandits". Néanmoins, son cousin brasse l'argent dans le gouvernement et ce dernier quand il va en Haïti, circule dans la voiture officielle de son cousin.


Si on doit interpréter ce comportement avec dextérité, on dirait tout simplement que c'est un voleur, un corrompu, un malfrat, un bandit qui circule dans la voiture officielle d'un autre voleur, d'un corrompu, d'un malfrat, d'un bandit. N'est ce pas ?


Quand vous parlez de quelque soit la circonstance et peu importe l'interlocuteur que vous avez en face de vous, il est toujours conseillé d'analyser vos propos avant de les énoncer sous peine de ne pas tomber dans la médisance ou de trahir vous-même vos propres pensées.


Jean Yves Joseph (Bob)

62 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Instagram
  • https://www.facebook.com/Ovationnnnnn/
  • White Spotify Icon
  • White Apple Music Icon
  • White Amazon Icon